FLORE I FAUNE

FLORE I FAUNE

Près de la moitié du territoire autrichien (46%) il est couvert de forêts. A basse altitude, les chênes et les hêtres sont les plus communs. Les conifères dominent dans les régions les plus élevées, comme les pins, épicéas et mélèzes. A une hauteur d'environ 2000 m npm. les forêts cèdent la place aux alpages. Au dessus 3000 m npm. seuls les mousses et les lichens poussent sur les rochers escarpés.

De juin à septembre, les hauts pâturages sont parsemés de fleurs alpines colorées, qui se sont adaptés à la vie dans des conditions difficiles: les longues racines résistent aux vents violents, couleurs claires (le résultat d'un fort rayonnement ultraviolet) ils attirent les insectes, et les poils et les feuilles spécialement façonnés par la nature protègent du gel et de la déshydratation. Orchidées, edelweiss, le pissenlit et le pavot alpin survivent même à des altitudes plus élevées. Edelweiss poussant sur les rochers et dans les crevasses, avec des fleurs blanches en forme d'étoile, est l'une des plantes autrichiennes les plus célèbres des Alpes, bien qu'elle soit venue dans ces régions d'Asie centrale. La plupart des fleurs alpines sont sous protection et ne doivent pas être cueillies.

La faune des basses terres est typique de l'Europe centrale, mais le lac de Neusiedl est un sanctuaire unique pour de nombreuses espèces d'oiseaux. Jusqu'à récemment, le bouquetin des Alpes était une espèce menacée d'extinction dans les régions alpines (une sorte de chèvre de montagne avec d'énormes cornes recourbées). Capricornes, qui sont maîtres du saut de roche dès leur naissance, en juillet ils montent en altitude 3000 m npm. ou plus. Chamois des montagnes, bien qu'ils ne vivent pas si haut, se sentir bien aussi sur les pentes abruptes des Alpes. Ils peuvent sauter jusqu'à quatre mètres de haut. Leurs sabots sont équipés de semelles souples et de bords extérieurs durs, parfait pour garder une bonne adhérence sur les rochers meubles. Les chamois sont plus communs que les bouquetins, avec qui ils partagent des habitudes similaires – se prélasser dans la chaleur du soleil de midi. Les marmottes habitent aussi les Alpes (rongeurs apparentés aux écureuils), et dans les alpages il y a de nombreuses espèces de papillons.

Marmottes, rongeurs de montagne trouvés principalement dans les Alpes tyroliennes, vivent en troupeaux d'environ deux douzaines d'individus. Les limites de son territoire sont marquées par des sécrétions odorantes provenant des joues. Ces animaux sont très alertes, ils font attention non seulement aux prédateurs, mais aussi des marmottes extraterrestres, qui sont immédiatement attaqués par eux. « Sentinelles” ils se dressent sur leurs pattes arrière pendant leur service, pour mieux voir les environs. Après avoir repéré un prédateur (renard ou aigle royal) faire un sifflet d'avertissement, également reconnu par les chamois, qui ont les mêmes ennemis. Les marmottes creusent un filet de terriers, d'où il peut y avoir jusqu'à une centaine de sorties différentes. Des générations ont travaillé pour compléter l'ensemble du système de couloirs souterrains. Ces animaux dorment dans des tanières d'herbe sèche, qu'ils nettoient et changent régulièrement. Tomber dans un long sommeil d'hiver (se terminant en avril), ils n'ont que cinq mois pour se reproduire et accumuler de l'énergie pour la prochaine période de sommeil. Ces créatures monogames commencent à chercher leur compagnon dès leur réveil. Les jeunes naissent aveugles et restent sous terre pendant les quatre premières semaines de leur vie. Une fois en surface, ils doivent apprendre rapidement les signaux d'avertissement et acquérir une odeur reconnue par le reste du troupeau. Les marmottes se nourrissent principalement d'herbe et de plantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *